Programme

Tape à l’œil a présenté un atelier lors de la neuvième édition de One to One Monaco 2019.
Store

Magasin : quel avenir pour le système de caisse historique ?

Publié le par Sabine Roy - mis à jour le

L’objet de cette conférence One-to-one Monaco est d’évoquer la question de la fin programmée des systèmes de caisse historiques en magasin. Les intervenants de la société SoCloz et de Tape à l’œil abordent cette problématique en s’appuyant sur leur expérience.

La caisse historique en magasin est-elle vouée à disparaître ?

Quels sont les besoins du marché par rapport à la digitalisation des points de vente ?

Aujourd’hui, le consommateur n’attend plus la même chose du magasin, car le e-commerce a laissé sa marque. Le client est en attente de services proches de ce qui lui est proposé sur le web. On parle de digitalisation des points de vente, car ces services nécessitent que les vendeurs soient équipés d’outils digitaux. Le danger de la digitalisation des points de vente est toutefois la non-adhésion des équipes de vente.

Le système de caisse était le seul logiciel qui existait en magasin, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’outil de SoCloz englobe l’ensemble des nouveaux services en un outil vendeur permettant de piloter l’expérience en magasin. La vision de SoCloz est la fusion de l’ensemble des services proposés à la clientèle dans le nombre minimum d’interface. De ce fait, on ne parlera plus de caisse à l’avenir, car le vendeur doit disposer d’une interface intuitive pour lui.

Cela implique de plus en plus de mobilité et de moins en moins de caisses fixes. La plateforme SoCloz gère trois thématiques à cette fin :

  • Web to store : qui inclut le click and collect
  • Ship from store : unification de stocks web et magasin afin de livrer plus rapidement.
  • Web in store : disposer d’un outil dans lequel il est possible de faire de la prise de commande, une partie vente à emporter, et de la récupération d’informations sur le client.

L’expérience client et le retour sur investissement

Les retailers sont habitués à faire de la communication, mais ont également d’autres attentes : retour sur investissement, réduction des coûts, clienteling… Mais le clienteling, par exemple, est aujourd’hui une chimère, car les retailers ne sont pas toujours capables de récupérer les données client. Il ne s’agit pas de la priorité du retail aujourd’hui. Alors qu’elle est l’expérience omnicanale recherchée par les retailers et leurs consommateurs ? En voici une illustration, étape par étape :

  • Un client arrive dans un magasin et fait face à une rupture de stock.
  • Il veut donc commander son article, mais souhaite également repartir avec un article du magasin.
  • Pour cela, il ne souhaite pas faire deux fois la queue. Il a donc besoin d’un vendeur capable d’unifier son panier et de réaliser sa vente.
  • La carte de crédit n’est utilisée qu’une seule fois pour la prise de commande et pour l’article à emporter.
  • Comme le client ne souhaite pas payer de frais de livraison, il peut utiliser le click and collect pour se faire livrer dans le magasin près de chez lui.
  • La commande est prélevée dans un second magasin, et ce sans même que le client ou le vendeur soit au courant. Ce magasin est choisi en raison d’une faible demande en ce qui concerne cet article.
  • Un transporteur la livre dans le premier magasin, qui la réceptionne à la manière d’un click and collect classique.
  • L’article est scanné, le client est prévenu de son arrivée, et vient le récupérer.

Voici un exemple de l’expérience omnicanale recherchée. En choisissant la solution SoCloz, Tape à l’œil a réussi à unifier ses stocks et ainsi gagner 15% sur son chiffre d’affaires web. Pour Jérémie Herscovic, « une approche omnicanale permet à la fois de gagner du cash, mais en même temps d’optimiser ses coûts ».

Le cas d’usage Tape à l’œil

Tape à l’œil souhaite que le client soit au cœur de tous ses projets d’entreprise. Après 8 ans d’existence dans l’e-commerce, celui-ci avait transformé une partie de ses clients en clients omnicanaux, et ces consommateurs particuliers se sont mis à consommer 2,5 fois plus que ceux en magasin, et 5 fois plus que les clients web.

Partant de ce constat, l’enseigne a fait en sorte de passer 5 à 15% de consommateurs omnicanaux en trois ans, sans baisser leur consommation. D’ici deux ans, l’objectif est d’atteindre les 50 ou 60%. La marque s’appuie pour cela sur plusieurs projets :

  • Libérer les énergies en redistribuant le chiffre d’affaires, permettant au web et à l’écosystème digital de ne pas devenir une source de revenus pour l’entreprise, mais un outil d’aide à la vente en magasin.
  • Le chiffre d’affaires d’un magasin Tape à l’œil se réalise à hauteur de 10 à 30% en commande client. Le trafic en point de vente a donc changé car les clients n’ont plus envie de faire la queue pour retirer un colis.
  • Fournir un modèle de e-réservation préparé depuis l’entrepôt. Les clients ne paient pas et s’affranchissent de ce frein important à l’achat.

Il existait donc un réel besoin de se doter d’un outil permettant de réutiliser un certain nombre d’actions de la caisse, et ce sans remettre en question les systèmes existants. La solution SoCloz s’est donc présentée comme la plus simple, rapide à mettre en place et ergonomique.

Intervenants : Jérémie HERSCOVIC, SOCLOZ et Edouard MACHY, TAPE A L’ŒIL

Articles similaires
Conforama à animé un workshop lors de One to One Monaco 2019

Selon une étude réalisée par Forrester, 89% des marketeurs déclarent que leur travail sur la personnalisation de campagne marketing est pertinent, adressant ainsi le bon produit sur le bon canal, au bon client et au bon moment pour susciter l’engagement client.La même étude démontre que seuls 5% des consommateurs pensent que les messages qu’ils reçoivent sont adaptés à leur...

9/10/11 mars 2021 MonacoGrimaldi Forum

#1to1Monaco